Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2014

Deux sculptures d'Antoine Puéo

 

 Deux sculptures d'Antoine Puéo que sa petite-fille conserve précieusement dans son jardin.

La tête aux cheveux frisés et à la moustache a été collée ultérieurement sur une autre sculpture qui semble inachevée.

Antoine Puéo, réalisait ses sculptures en face chez lui, à l'emplacement actuel d'une pizzéria. Il y avait là, un espace laissé libre par la démolition d'une maison, qui lui servait d'atelier en plein air. C'est là que Tounet, stockait ses matériaux de construction et sculptait ses pierres avant de les coller sur la façade de sa maison.

Cet espace ouvert permet de comprendre que certaines photographies anciennes de la Maison Fleurie aient pu être réalisées de face avec un certain recul; recul que l'étroitesse actuelle de la rue ne permet plus.

 

 

 

 

-1 copie.jpg

DSC02611 copie.jpg

DSC02613 copie.jpg

 

04/06/2014

La Maison Fleurie en sursis

 

La Maison Fleurie en sursis

 

Elle devait être démolie fin 2013 pour cause de rénovation et réhabilitation du centre ville de Lézignan Corbières. La découverte sur le chantier de quelques vestiges archéologiques, a retardé sa fin inéluctable. Même si elle n'est plus fleurie depuis longtemps, si ses stucs et rocailles se dégradent à vue d'oeil et si les 3 têtes sculptées qui ornaient le linteau de sa porte ont récemment été volées , on regrettera beaucoup sa disparition.

Les articles de la presse locale de l'époque, témoignent de l'intérêt et de la curiosité qu'elle suscitait bien au-delà du département. Elle a fait l'objet de cartes postales et on pouvait lire dans les journaux, à la fin des années 60 : "Quelle est la curiosité de la capitale des corbières qui, à longueur d'année,....., est la plus mitraillée par les appareils photographiques et caméras des vacanciers ? On peut, sans la moindre hésitation, répondre : c'est la "Maison Fleurie" ! "....

Et dans un autre article : "Cette maison attire de nombreux vacanciers de passage, de nombreux curieux et nous ne sommes pas surpris de voir des Belges, des Hollandais, des Anglais et... bien d'autres, admirer cette merveille où s'allie le chaos à la simplicité et le baroque à l'art naïf."

Au niveau régional aussi on a parlé d'elle. En 1975, Jean Delmas écrivait dans la revue "Connaissance du pays d'Oc" : "Lézignan a son Facteur Cheval et son Isidore Picassiette : c'est Antoine Puéo.........qui a transformé la façade de sa maison en une sorte de monument baroque, véritable chef-d'oeuvre de l'art brut. La maison fleurie avec ses incrustations métalliques, minérales, végétales, avec ses collages de poupées et d'objets divers est un manifeste tangible de l'art populaire et spontané." Et dans les années 80, c'est Yves Rouquette qui parlait de la Maison Fleurie avec un article intitulé "Les bâtisseurs de l'imaginaire" dans le n°2 des "Cahiers de l'office".

La Maison Fleurie a longtemps été la fierté de la ville, le monument insolite, l'oeuvre singulière, que l'on venait, même de loin, voir et photographier. Avec une prise de conscience de la chose et un peu de volonté municipale, on aurait peut-être pu la conserver et l'intégrer dans le nouvel aménagement du quartier. On aurait pu en faire un office du tourisme original ou un petit musée, l'espace à l'intérieur le permettait. Mais bon, comme dit Marie-José Puig, dans un article du Midi Libre en décembre 2012, en évoquant la disparition prochaine de la maison créée par son grand-père et dans laquelle, elle a grandi : "Il ne faut pas regarder en arrière. Sinon , on n'avance plus".

On peut répondre à cet adage, par une interrogation : Faut-il effacer le passé pour construire l'avenir ?

Malheureusement, en France, la plupart de ces environnements spontanés créés par des autodidactes sont bien souvent voués à disparaitre en même temps que leur créateur.

Il ne restera bientôt de la "Maison Fleurie" que les photos de famille et les articles de presse pour se souvenir de l'oeuvre de ce maçon d'origine espagnole, qu'on appelait "Tounet". 

Jean-Louis Bigou 

 

 

IMGmaison fleurie12_0013 copiemail.jpg

"Tounet" à sa fenêtre avec sa chienne "Escouloubre" (son village d'origine)

 

IMGmaison fleurie8_0014.jpg

La" Maison Fleurie" en carte postale au début des années 60

IMG_0002.jpg

"L'Indépendant" jeudi 10 juillet 2014

 

 

27/11/2013

La Maison Fleurie à Lézignan Cbes

 

 

 

 

 

 


 

 

 

La Maison Fleurie

de Lézignan Cbes

 

 

IMGmaison fleurie2.jpg

 

Antoine Puéo, dit "Tounet"        

créateur de la Maison fleurie, né le 7 février 1892 à Pueyo de Marguiller, province de Huesca, Espagne.                                     décédé le 28 novembre 1965 à Lézignan 

Merci à Marie-José Puig pour m'avoir donné accès à son album de famille

 

 

 

 

 

IMGmaison fleurie3_0001.jpg

IMGla maison fleurie copie.jpg

 

La Maison fleurie à l'origine, avec                     un étage, un balcon et une balustrade.

                             

 

 

 

 

IMGla maisonfleurie copie.jpg

Quelques années plus tard, avec 2 niveaux supplémentaires. Les balustrades ont été déplacées, les rocailles et les plantes commencent a envahir la maison.                                                                            

 

 

IMGmaison fleurieK_0012 copiemail.jpg

IMGmaison fleurie9_0004.jpg

  La Maison fleurie a son apogée,  avec son créateur juché sur la corniche finale, que son fils fera détruire peu de temps après sa mort pour des raisons de sécurité.  

 

 

IMGmaison fleurie7_0003 copiemail.jpg

IMGmaison fleurie4_0002 copiemail.jpg

IMGmaison fleurie12_0011 copiemail.jpg

IMGmaison fleurie11_0005 copiemail.jpg

 

 

 

Ci- dessous, une carte postale éditée au début des années 60 où l'on voit qu'Antoine Puéo aimait bien se faire photographier au sommet de son oeuvre.
IMGmaison fleurie8_0014.jpg

                                         

 

 

Une carte postale plus récente, où la Maison fleurie, est appelée "La maison biscornue". Les habitants du quartier l'appelait plus péjorativement :" La maison du fada".

 

IMGmaison fleurie5_0007.jpg

 

 

 

Détail des bas-reliefs de la façade et des sculptures. Le maître des lieux, à la fenêtre avec son chien.

 

 

IMGmaison fleurie12_0013.jpg

§§§§§§§§§§§

 

 

 Quelques articles parus dans la presse locale dans les années 50/60

IMGla maison fleuriec_0003 copie.jpg

 

IMGla maison fleurie_0002 copie.jpg

 

IMGla maison fleuriea_0001 copie.jpg

 

Extrait d'un article sur la Maison fleurie, paru dans la presse locale dans les années 50/60

 

..........Mais l'on pense toujours à l'idée de notre constructeur qui a voulu que, par des tuyaux fort bien agencés et invisibles (donc savamment cachés) lors des pluies, l'ondée céleste arrose toutes ses plantes (beaucoup fort anciennes et plantées par lui) depuis le toit jusqu'à son premier étage.                                                                                       Voilà contée une de nos admirables curiosités ! 

 

 

 J'ai pensé à la lecture de ce quelque peu emphatique article, qu'Antoine Puéo avait inventé, bien avant leur mode actuelle dans l'architecture contemporaine, les murs végétalisés et les jardins verticaux.

 

 

 

 

 

La maison fleurieDSC_0758.jpg

 

 

 

 

                                 

 

 

La Maison fleurie en 2013.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§                                      

 

 

Marie-José Puig, ancienne propriétaire, raconte l'histoire de la "Maison Fleurie" dans le Midi-Libre en décembre 2012 :

"Moi, je suis née en 1951 et cette

maison a été aménagée bien avant. Sûrement au début des années quarante et en suivant. Elle appartenait à mon grand-père Antoine Puéo, un maçon d'origine espagnole, que l'on surnommait "Tounet". Il est arrivé très tôt en France où il a obtenu son certificat d'études. Plus tard, il a épousé ma grand-mère: on l'appelait "Fine", elle était cuisinière pour les grandes occasions, un vrai cordon-bleu!, explique Marie-José Puig. Au départ, on peut supposer que la maison était une enseigne commerciale. C'était un bâtiment normal. Puis mon grand-père a commencé à changer les balustres de place et les a installé plus en hauteur. Il a également créé des étages supplémentaires et s'est arrêté quand ça n'était plus possible: on ne s'en rend pas compte, mais cette maison est très haute. IL a également orné les façades avec des sculptures qu'il faisait lui même. Dès qu'il trouvait un coquillage, un joli bout de verre...il le collait à la façade. Aucun élément n'est jamais tombé car nous faisions attention. De plus, la maison était couverte de fleurs et de plantes, d'où le nom de "Maison

La maison fleurieDSC_0761.jpg

fleurie". Au fil des ans, Antoine Puéo a composé un bâtiment original que l'on photographiait pour éditer des cartes postales.

 "A l'époque on pouvait faire ce que l'on voulait sur les maisons. Mais aujourd'hui, tout est classé!", commente la descendante du maçon artiste. Quelle était donc la source de  cette inspiration intarissable? Pourquoi Antoine Puéo était-il poussé par une frénésie créatrice? "Je pense que mon grand-père a dû passer par Barcelone. A cette occasion, aurait-il admiré les oeuvres de l'architecte Gaudi? Ce n'est pas impossible car je me souviens qu'il l'évoquait dans ses conversations avec les autres adultes. Je sais qu'il parlait aussi du Facteur Cheval" nous dit Marie-José Puig. En effet, la "Maison fleurie" peut-être considérée comme une oeuvre d'art brut. Un "palais idéal" qu'Antoine Puéo a modelé au fil des ans et au gré de sa fantaisie. Et si aujourd'hui elle a perdu ses fleurs et un peu de sa superbe, elle renferme néanmoins une foule de souvenirs.

Elle se remémore les bons moments et les repas de famille, avouant au passage "ça fait mal à mes filles Pascale et Fabienne de savoir que la maison va disparaître". Car en 2001, elle a vendu le bâtiment à la mairie tout en sachant qu'il serait voué à la démolition. Alors, la "Maison fleurie" ne vivra plus qu'à travers les souvenirs et les anciennes cartes postales. Cependant, Marie-José est philosophe : "Il ne faut pas regarder en arrière. Sinon, on n'avance plus".

 

 

 

                                                 §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§                        

 

           

 

 

 

Extrait d'un article évoquant la Maison fleurie, paru dans la revue "Gazogène" en avril 2011 et faisant référence à un autre article de Jean Delmas paru dans le n°12 de la revue "Connaissance du pays d'Oc" de Mars/Avril 1975

GAZOGENE


Dans le moindre jardin

Il voit des sites partout !

 

 

.......Je ne sais également si ce mélange du végétal et du minéral est proprement méditerranéen mais on le retrouvait -en plein centre ville cette fois-ci- avec la maison d'Antoine Pueio. Comme cette maison existe encore aujourd'hui, mais "débarrassée" de ses cactus et d'une grande partie de ses constructions supérieures, laissons la parole à un témoin plus ancien, Jean Delmas, en 1975 : "Lézignan a son facteur Cheval et son Isidore le Picassiette (sic) : c'est Antoine Pueio, ancien entrepeneur de maçonnerie, mort il y a neuf ans, et qui a transformé la façade de sa maison en une sorte de monument baroque, véritable chef-d'oeuvre de l'art brut. La maison fleurie avec ses incrustations métalliques, minérales, végétales, avec ses collages de poupées et d'objets divers est une manifestations tangible de l'art populaire et spontané. D'énormes cactus grimpent à l'assaut de la terrasse où, de son vivant, Antoine Puéo élevait des poules et des canards.

"ça l'a pris comme ça, une lubie, commente sa belle-fille. Tout ce qu'il pouvait trouver comme objet et comme "fardaille" il l'apportait dans de grandes lessiveuses et l'ajoutait à la maison. Il a même enlevé le toit pour faire toutes ces chinoiseries. Les gens du quartier, ils disaient qu'il était fada. Moi, j'aime pas ça; heureusement j'habite sur le derrière et, le derrière, ça n'a rien à voir avec le devant".................

                                        

                           Article de Jean Delmas, paru dans "Connaissance du pays d'Oc"  n°12 en Mars/Avril 1975

IMGmaisonfleurieD.jpg

                                                   §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

 Un autre article concernant Antoine Puéo écrit par Yves Rouquette intitulé "Les bâtisseurs de l'imaginaire"- "A l'homme du commun la timbale"- a été publié en 1983 dans "Les cahiers de l'office" n°2 (numéro spécial)  Ainsi que dans "Le bulletin des amis de François Ozenda" n°35 en 1988.

Merci à Bruno Montpied qui m'a passé cet article.

 

 

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-1.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-1-2.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-2-3.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-2-4.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-2-5.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-2-6.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-2-7.jpg

Cahiers de l'Office 2 article Yves Rouquette-2-8.jpg