Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2016

Exposition Jean et François Pous

 

 Exposition Jean et François Pous

L'expérience de la matière

 

Espace Dominique Bagouet à Montpellier

du 12/10/16 au 15/01/17

 

En entrant dans la salle de l'exposition de Jean et François Pous, je suis aussitôt attiré, happé par les galets sculptés, gravés, accrochés au mur par séries sur toute la partie gauche de la salle. Ces pierres sont sculptés au burin en fonction de leur forme. Creusées de sillons plus ou moins profonds qui dessinent des visages, des personnages, des plantes, des animaux symboliques ou chimériques. Elles créent une sorte de mythologie primitive, qui n'est pas sans évoquer, au moins sur le plan formel, l'art pariétal.

  C'est à l'âge de 87 ans que Jean Pous commence a sculpter ses premiers galets. Il continuera jusqu'à sa mort en 1973, à l'âge de 99 ans. Les dernières années de sa vie, ne pouvant plus manier le marteau et le burin, il dessine, sur toutes sortes de support, au stylo bille ou au crayon de couleur. Il laissera une oeuvre de près de 1500 pierres gravées ou sculptées et autant de dessins.

 Jean Pous est un autodidacte catalan découvert par Claude Massé et reconnu comme créateur d'art brut par Jean Dubuffet. Il est né en 1875 à la frontière franco-espagnole dans une famille de 10 enfants. A 20 ans, il fonde avec deux de ses frères, une fabrique de bouchons au Boulou. Il se marie avec Henriette Lafloue dont il a deux enfants. Avec son fils François il dirigera une fabrique de bouchons jusqu'en 1956. Ce n'est qu'en 1962, après s'être résigné à prendre sa retraite qu'il commencera à créer.

 

La partie droite de l'exposition, consacrée aux sculptures de François, a moins retenue mon attention. Né en 1911, celui-ci développe très tôt des talents artistiques. Il sculpte et travaille les matériaux les plus divers en expérimentant différentes techniques : dessin, gravure, peinture, écriture. Il est influencé par diverses formes artistiques  contemporaines ou plus anciennes, notamment par les statues et fétiches africains qui envahissent son atelier du Boulou. Ses sculptures en liège ou ses totems faits de branchages et de cordes noueuses, très peu présents dans l'expo, me semblent plus intéressants que les pierres striées ou les marbres tout en rondeur trop lissés à mon goût.

François meurt au Boulou en 2003.

 

 

 Jean Pous

DSC_0014 copie.jpg

DSC_0015 copie.jpg

DSC_0016 copie.jpg

DSC_0017 copie.jpg

 

Dans une vitrine une pierre triface. Côté gauche une femme

DSC_0018 copie.jpg

En face un homme

DSC_0019 copie.jpg

Côté droit une femme

DSC_0020 copie.jpg

DSC_0022 copie.jpg

DSC_0023 copie.jpg

A côté de la sirène, la série des animaux.

DSC_0034 copie.jpg

Autruche, sanglier, chat, pélican,poisson, flamand rose, âne, oiseau.

DSC_0035 copie.jpg

 Chameau, bête trapue, poisson (requin), poisson, poisson, pingouin, poule biface, volaille, taureau, lézard.

DSC_0036 copie.jpg

Eléphant, animal.

DSC_0038 copie.jpg

âne-chien, oiseau, chameau, bête trapue, poisson (requin), poisson.

 

DSC_0024 copie.jpg

DSC_0025 copie.jpg

DSC_0027 copie.jpg

DSC_0029 copie.jpg

DSC_0030 copie.jpg

DSC_0032 copie.jpg

DSC_0033 copie.jpg

 

François Pous

DSC_0026 copie.jpg

2016-10jean_francois_pous-simon_bacle_agence _3-529b1727e0.jpg

                                                                                      Photo vds104monespace.net

2016-10jean_francois_pous-simon_bacle_agence1-5676f7faa1.jpg

                                                                                    photo vds104monespace.net

 

Deux créations de François Pous qui appartiennent au Musée d'art contemporain de Céret et qui n'étaient pas présentes à l'expo.

1328195312.jpg

1328195332.jpgPhotos musée Céret

 

04/12/2016

L'Atelier-Musée Fernand Michel

 

L'Atelier-Musée Fernand Michel 

 

 

C'est autour de l'ancien atelier de leur père Fernand Michel et de la maison familiale, que Patrick et Denys Michel ont créé dans le quartier des Beaux-Arts à Montpellier, un espace culturel dédié à l'Art Brut et Singulier.

Après sept années de travaux, de rénovations et de recherches d'oeuvres avec l'association A.D.A.B.S (Association pour le Développement de l'Art Brut et Singulier) le Musée est enfin inauguré en grande pompe, le 18 mars 2016, en présence entre autre de Cérès Franco, de Laurent Danchin et de nombreux artistes et personnalités de la mouvance brute et singulière.

On entre dans le Musée par sa partie contemporaine. Au rez-de chaussée la salle consacrée aux expos temporaires est investie par les oeuvres du maître du lieu, Fernand Michel et à sa vision de la femme toute en zinc et rondeur. A l'étage deux grands espaces sont consacrés à la collection d'Art Brut, collectée pendant plusieurs années par Patrick et Denys Michel et enrichies de prêts de collectionneurs privés. Tous les grands noms de l'Art Brut historique ou plus récents y sont représentés. Wolfli, Aloïse Corbaz, Madge Gill, Gaston Chaissac, Auguste Walla, Raphaël Lonné, Augustin Lessage, Robillard, L. Plny, Louis Pons, Anselme Boix-Vives, Joseph Crépin, Paul Amar, Nedjar, Sanfourche, Jaber, Pépé Vignes, Scottit Wilson, Baya, Carlo Zinelli, Pépé donate, Danièle Jacqui , Simone Le Carré-Galimard, Pierre Petit ainsi que deux magnifiques sculptures d' A.C.M. pour ne citer que les plus connus. On y voit aussi des créations qui se rattachent plutôt à l'Art Populaire et toute une partie consacrée au Folk Art américain avec entre autre Mary T. Smith et ses peintures sur tôles ondulées.

Dans la cour qui sépare le bâtiment récent de l'atelier d'origine, ont pris place un crocodile et deux éléphanteaux en ciment et galet rescapés du jardin d'Horace Diaz dont la disparition a entrainé la dispersion des oeuvres.

Dans l'atelier de Fernand Michel à proprement parlé, outre quelques unes de ses créations, sont présentées les nombreuses pièces d'Art Singulier et d'Art Populaire, d'amis pour la plupart, que ce dernier a collectées et conservées sa vie durant. On y voit au milieu des nombreuses créations populaires et modestes, des lièges de Claude Massé, des bois peints de Mario Chichorro ainsi que 3 tableaux de Ciska Lallier.

Avec plus de 2300 oeuvres de 250 artistes présentés sur 800 m2, l'Atelier-Musée Fernand Michel fait partie  dorénavant, avec la Collection Céres Franco à Montolieu, le Musée des Arts Modestes à Sète et le Musée d'Art Singulier de Philippe Aïni à Servies en Val dans les Corbières,  des sites incontournables qui font de la région un haut lieu de tous ces Arts dits Bruts, Singuliers, Populaires, Modestes, Hors Normes et caetera....

 

 

 

DSC_0036.jpg

DSC_0059.jpg

DSC_0063 copie.jpg

DSC_0064 copie.jpg

DSC_0065 copie.jpg

DSC_0066 copie.jpg

DSC_0055 copie.jpg

 

DSC_0034 copie.jpg

DSC_0057 copie.jpg

DSC_0037.jpg

DSC_0054 copie.jpg

DSC_0038 copie.jpg

DSC_0039 copie.jpg

DSC_0050 copie.jpg

DSC_0040 copie.jpg

DSC_0053 copie.jpg

DSC_0041 copie.jpg

DSC_0042 copie.jpg

DSC_0043 copie.jpg

DSC_0044 copie.jpg

DSC_0046 copie.jpg

DSC_0047 copie.jpg

 

 

04/04/2016

Raymond Dreux

 

Raymond Dreux et son Musée de l'Imaginaire sans frontières

 

historique maggik'x dossier0059 (2).JPG

Raymond Dreux dans son Musée de l'Imaginaire. Photos "les Magik'x"

historique maggik'x dossier0054 (2).JPG

 

 

 

Un peu Baba, un peu Anar, en révolte contre l'Art Conventionnel et l'institution artistique en général, Raymond Dreux a vécu de nombreuses années dans l'Aude à Fanjeaux puis à Laurac-le-Grand près de Castelnaudary . C'est dans sa grande maison, à Laurac-le-Grand, qu'il crée vers 1985 ce qu'il a appelé le "Musée de l'Imaginaire sans Frontières". Ce Musée, est rapidement devenu un lieu de rencontre et d'échange où il expose ses créations, celles de ses amis et toutes les expressions qu'il affectionne particulièrement et qui tourne autour des arts Insolite, Populaire, Singulier, Hors Norme, Brut etc.... Après presque 20 années d'existence le Musée ne survivra pas à la disparition de Raymond survenue en 2004. Sonja Dreux, son épouse, contrainte et forcée de vendre le bâtiment, protège la Collection en stockant les oeuvres, en partie, chez des amis (Bob et Maggie Drake) et en partie dans un garage.

Raymond est né à Tours en 1928. Enfant il mène une vie un peu nomade. Ses parents vivent un temps dans une roulotte à Saint-Ouen avant de s'installer près de Nice. Adulte Raymond  vivra un moment à Paris puis dans le Var où il fréquente les artistes niçois. Il participe activement au Collectif alternatif des artistes indépendants de la Brèche et des Diables Bleus dont les locaux (une ancienne caserne) seront détruits en 2004. Il vit quelques années avec Ciska Lallier, d'abord à Fox-Amphoux puis à Fanjeaux jusqu'en 1978. A partir des années 80, il partage son temps entre La Gaude dans les Alpes Maritimes où il construit une maison toute en rondeur dans un style underground années 70 et Laurac-le-Grand dans l'Aude où il aménage son Musée. Il se marie en 1986 avec Sonja Dreux et auront une fille. Sonja vit aujourd'hui dans leur maison à La Gaude. 

Raymond est toujours décrit par ses amis comme quelqu'un d'enthousiaste, dynamique, débordant d'énergie et bon vivant. Il organise des stages d'art et d'artisanat dans sa maison de Fanjeaux, découvre des créateurs qu'il expose et accumule les oeuvres d'art singulier ou populaire prospectées souvent dans la région pour alimenter ce qui deviendra sa Collection. Celle-ci contient de nombreuses oeuvres de Ciska Lallier, mais aussi des créateurs moins connus comme Jean-François de Amondis, Robert Bousquet et beaucoup d'oeuvres d'art naïf ou populaire souvent anonyme.

Il développe son travail personnel avec des collages d'objets sur des tableaux ou des assemblages dans des boites, des peintures abstraites dans un style dripping pollockien, des masques et des modelages en terre cuite avec pour thème essentiel la "Femme". Mais il semble s'intéresser surtout au travail des autres. Dans des grands dossiers noirs aux feuilles volantes il consigne toutes ses rencontres, ses théories sur l'art et les principaux moments de sa vie. Remplis de photos découpées, d'articles de presse ou de dessins, ses archives comptent une cinquantaine de grands classeurs  conservés par Bob et Maggie Drake à Caudeval (11). On y trouve entre autres  toutes les expositions réalisées au Musée et les créateurs d'environnements qu'il a rencontrés : Raymond Moralès, René Escaffre, Joël Barthes ou son ami italien Marcello Cammi dont il fait connaître en France l'extraordinaire jardin de sculptures en béton aujourd'hui disparu.

                                                                                                                                         ...... à suivre

Dreux1.jpg

Raymond Dreux photographié par André Escard devant sa maison à La Gaude dans les Alpes-Maritimes

 

"Avec Raymond et Sonja Dreux et leur maison de la Gaude, près de Vence, dans les Alpes Maritimes, nous sommes dans de véritables relations d'amitié. On sait que c'est Sonja Dreux qui transformait l'écriture très peu lisible -quel euphémisme- d'André (Escard)(1) en tapuscrit qui était ensuite envoyé aux Caire (2) pour le Bulletin. Bref, le site évolutif et l'oeuvre protéiforme de Raymond Dreux fascinait André, sans oublier les liens qui avaient uni Raymond et Ciska Lallier pendant près de dix ans, entre 1970 et 1978 à Fox-Amphous dans le Var, puis à Laurac, dans l'Aude, où un petit musée d'Art Brut lui était en partie consacré."

                            Jean-François Maurice (Bulletin de  l'Association les Amis de François Ozenda)

 

                           (1) André Escard "L'explorateur de l'Art Brut" archives et documents. Gazogène                                      (2) Simone et Jean-Claude Caire, créateurs du Bulletin les Amis de François Ozenda                            

Petit rectificatif : Contrairement à ce que dit Jean-François Maurice, Raymond et Ciska Lallier n'ont jamais vécu ensemble à Laurac mais à Fanjeaux (dixit Sonja Dreux)

 

 

 

 

 Le Musée de l'Imaginaire sans Frontière photographié par Bob Drake au début des années 2000

20150307070708-2a00b842.jpg

20150307070453-5867368d.jpg

20150307074244-c653820d.jpg

20150307074855-60ee35c1.jpg

20150307075754-33e84a45.jpg

20150307075621-68e34d6d.jpg

20150307075902-66441850.jpg

Terres cuites Robert Bousquet

20150307080132-8acbc230.jpg

20150307080234-c641c94f.jpg

 

Renaud Scoffier

20150307070154-e60088fd.jpg

20150307070249-f814a1e0.jpg

Ciska Lallier

Ciska Lallier 36727450.jpg

20150307070943-43987771.jpg

20150307070921-c1e5cefb.jpg

20150307070853-57b4304b.jpg

20150307071159-c85febbe.jpg

20150307071218-b24d2d1e.jpg

 

Tableaux Raymond Dreux

20150307081218-9bd3abfe.jpg

20150307081327-8bc468ad.jpg

 

suite

Chez Bob et Maggie Drake

DSC_0034 copie.jpg

Bob et Maggie Drake, très proches de Sonja et Raymond Dreux, ont récupéré, après le décès de ce dernier, une grande partie des oeuvres du Musée de l'imaginaire. Une autre partie est stockée aujourd'hui encore dans un garage. Ils m'ont accueilli très gentiment dans leur grande maison près de Mirepoix, où sur 2 niveaux les murs sont couverts du sol au plafond d'oeuvres provenant pour la plupart de la collection de Raymond. On y trouve beaucoup de Ciska Lallier, des peintures et des masques de Raymond et des boites-objets de sa fabrication. Des peintures de Jean-François de Asmondis qui vivait dans une Maison de Retraite à Fanjeaux et dont Raymond a exposé le travail dans son Musée. Des peintures naïves, des sculptures, de l' Art Singulier, de l'Art Populaire, des anonymes, des dessins d'enfants, des centaines et des centaines d'oeuvres sur les murs et autant dans le grenier, ainsi qu'un nombre important stocké quelque part dans la région.

                                                                                                      ..... à suivre

 

DSC_0001 copie.jpg

DSC_0002 copie.jpg

DSC_0003 copie.jpg

DSC_0004 copie.jpg

Quelques Naïfs anonymes

DSC_0013 copie.jpg

DSC_0020 copie.jpg

DSC_0023 copie.jpg

DSC_0021 copie.jpg

DSC_0057 copie.jpg

DSC_0048 copie.jpg

DSC_0050 copie.jpg

 

Jean-François de Asmondis

J-F de Asmondis DSC_0036 copie.jpg

J-F de Asmondis DSC_0037 copie.jpg

J-F de Asmondis DSC_0038 copie.jpg

J-F de Asmondis DSC_0039 copie.jpg

Jean-François de Asmondis DSC_0032 copie.jpg

 

Des masques et des boites de Raymond Dreux

DSC_0019 copie.jpg

DSC_0009 copie.jpg

DSC_0010 copie.jpg

 

Ciska Lallier

DSC_0011 copie.jpg

DSC_0012 copie.jpg

DSC_0022 copie.jpg

DSC_0044 copie.jpg

DSC_0008 copie.jpg

 

Des cannes d'un berger du Tarn devant des peintures de J-F de Asmondis

DSC_0014 copie.jpg

DSC_0015 copie.jpg

DSC_0016 copie.jpg

 

 

Quelques pages des grands classeurs de Raymond

DSC_0028 copie.jpg

DSC_0029 copie.jpg

DSC_0030 copie.jpg

DSC_0031 copie.jpg

DSC_0041 copie.jpg

DSC_0042 copie 2.jpg

DSC_0043 copie.jpg

 

 suite et fin

 Quelque part......

 

 C'est quelque part dans la région dans un local à 2 niveaux que Sonja, après le décès de Raymond, ne pouvant conserver le bâtiment du Musée, a stockée une partie de la Collection. De nombreuses oeuvres, notamment les personnages en terre cuite de  Robert Bousquet, les sculptures de Raymond, plusieurs éléments en papier découpé et peint d'une oeuvre de Ciska Lallier, une documentation importante sur l'art singulier et bien d'autres choses encore, sont là, inaccessibles pour la plupart, enfermées dans des dizaines de cartons ou juste posées depuis la fermeture du Musée en 2004. J'ai retrouvé là le grand paquebot en cagette, oeuvre anonyme d'art populaire et le léopard en papier grandeur nature, photographiés dans le Musée en 2000 par Bob Drake.

Toutes ces oeuvres en sommeil semblent attendre leur résurrection. Il me semble que ce travail énorme de créations et de collectes effectué par Raymond Dreux durant toute sa vie mériterait une mise en lumière et une reconnaissance bien plus importante.

                                                                                                                                                          fin.                                                                                                                                       

 

 Les oeuvres du Musée stockées dans un garage.

DSC_0009 copie.jpg

DSC_0010 copie.jpg

DSC_0011 copie.jpg

DSC_0012 copie.jpg

DSC_0014 copie.jpg

 

 Plusieurs pièces de Ciska Lallier

DSC_0001 copie.jpg

DSC_0002 copie.jpg

DSC_0003 copie.jpg

DSC_0005 copie.jpg

DSC_0006 copie.jpg

 

des populaires anonymes

DSC_0025 copie 2.jpg

DSC_0027 copie.jpg

 

DSC_0018 copie.jpg

DSC_0020 copie.jpg

 

Sculptures et tableau relief de Raymond

DSC_0029 copie.jpg

DSC_0023 copie.jpg

                                       Photos et textes Jean-Louis Bigou

 

Voir sur youTube la vidéo : Raymond Dreux (1928-2004) Rapports entre l'Art Brut, l'Art Contemporain et l'argent.