Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2015

BRUTS à Cassaignes

 

BRUTS

Un pas vers la liberté !

 

 

invitation BRUTS.jpg

 

 

Du 1er Octobre au 27 Décembre dans le petit village de Cassaignes perdu dans la Haute Vallée de l'Aude a lieu une exposition d'oeuvres issues pour la plupart du Musée d'Art Brut et de la Collection "l'Art en Marche" de Lapalisse créée par Luis Marcel dans l'Allier.

Cathy Pech, artiste peintre connue dans la région, a créé là, loin de tout, une galerie d'art "Le Chantier" qui depuis 2014  expose avec succès des artistes régionaux mais aussi internationaux comme récemment le colombien Duvan.        .

On retrouve dans cette exposition quelques oeuvres d'Aïni, de Rosemarie Kokzy et de Pepe Donate qui étaient présents également à Montolieu chez Cérès Franco. Les véhicules de Tourlonias qu'on a pu voir cet été à Sète au Musée des Arts Modestes et des noms connu comme Monchatre sans ses machines, représenté par 3 dessins et gravure ainsi que Vladimir et Popy présents cette année à l'Outsider Art Fair à Paris. A l'étage une série poignante de Rosemarie KOKZY, qui était également dans la Collection d'Alain Bouillet cet été à Bages. Intitulée "Je vous tisse un linceul", chaque dessin de la série est pour elle une sépulture qu'elle offre à ceux qu'elle à vu mourir dans les camps de concentration. Un peu plus gai, au rez-de-chaussée, le tunisien Abdelaziz LADHARI, ami de Jaber, présente deux toiles naïves et très colorées. Joël Barthes l'éclusier de Puichéric avec 2 de ses sculptures animalières côtoie les masques issus d'objets récupérés de Claude Brugeilles. Dans la même salle les tableaux de Popy entre art naïf et figuration libre voisinent avec les grandes toiles de Jacques Deal qui mélange peinture et collage dans un fantastique surréalisme. Il reste encore à voir Dupire (et du meilleur) Gilgogué, Girard, Jannin, Labelle, Lacoste, Léon, Staëlens, Tavares et Moss .

Mais c'est au rez-de-chaussée et dans une petite salle du premier que l'on trouve, à mon avis,  le travail le plus étonnant, celui de Mariane Sica. Cette dame d'environ 70 ans crée tranquillement dans son petit village de Puivert depuis des années et n'a pratiquement jamais montré son travail. Amie de Caty Pech qui a tenu à l'inclure dans cette exposition bien qu'elle n'ait rien à voir avec la collection de l'Art en marche, Mariane est là en quelque sorte en marge des outsiders. Son travail est étroitement lié  à la nature. Elle inclut des coquilles d'escargots dans des citrons séchés et en remplit des pleins paniers ou en fait des colliers. Avec des bouts de tissus déchirés qu'elle ligote avec du fil et qu'elle tisse ensuite, elle confectionne des vêtements aussi étonnants qu'importables. Avec du tissu et de la terre, elle crée des petits personnages sorte de momies qu'elle couche comme des graines dans des cosses qui évoquent les embarcations mortuaires égyptiennes. A l'étage dans une petite pièce sombre, elle a installé une de ses "barques" avec un corps à l'intérieur grandeur nature intitulée "l'Echouée".

"L'embarcation, cosse, ventre, graine...on ne sait. l'échouée repose sur un vaste lit de sachets de toile emplis d'argiles diverses. Chargée de boue et d'herbes sèches, couleur de terre et de temps passé, elle est nichée aux creux d'une pirogue aux matériaux identiques".....écrit Caty pech.

Il est a noter que Mariane exposera pour la première fois la totalité de son travail au "Chantier" en janvier et février 2016.

 

 

 

 

 

 Dans une salle à l'étage un singe de Bartes, à droite Donate et Labelle

DSC_0101 copie.jpg

 

Dans une autre salle une grande sculpture d'Aïni

DSC_0110 copie.jpg

 

Les masques de Brugeilles et un personnage de Moss

DSC_0107 copie.jpg

 

Une grande toile d'Aïni, un cochon de Barthes et un masque de Brugeilles

DSC_0112 copie.jpg

 

La série "Je vous tisse un linceul" de Rose-Marie KOKZY

DSC_0091 copie.jpg

 

Deux dessins de Monchatre

DSC_0098 copie.jpg

DSC_0099 copie.jpg

 

 et trois peintures de Pepe Donate

DSC_0096 copie.jpg

 

DSC_0097 copie.jpg

 

 Popy

DSC_0102 copie.jpg

 

Les véhicules de Tourlonias

DSC_0105 copie.jpg

 

Peinture et collage de Jacques Deal

DSC_0108 copie.jpg

 

Un dessin d'Aïni

DSC_0111 copie.jpg

 

Au rez-de-chaussée Ladhari

DSC_0127 copie.jpg

 

 

Les oeuvres de Mariane, créatrice quasi inconnue.

DSC_0119 copie.jpg

DSC_0120 copie.jpg

DSC_0121 copie.jpg

DSC_0122 copie.jpg

DSC_0115 copie.jpg

"L'Echouée"

DSC_0116 copie.jpg

 

03/07/2015

Collection Cérès Franco à Montolieu

 

 

 

C'est Montolieu, le village du livre, à 18 km de Carcassonne, qui aura finalement le privilège d'accueillir, la Collection Cérès Franco, dont la nouvelle municipalité UMP de Carcassonne, n'a pas daigné l'été dernier, accepter le cadeau.

C'est sous le nom "La Coopérative-Collection Cérès Franco" que sera inauguré mercredi 1er juillet 2015 à partir de 18 h l'installation permanente de cette collection dans le village du livre.

 

Ceres FrancoIMG_0015.jpg

Ceres Franco IMG_0016.jpg

 

La Coopérative Collection Cérès Franco

 

Le lieu est immense, une ancienne cave coopérative qui avait déjà été reconvertie en lieu d'Art Contemporain sans grand succès apparemment. 

A l'intérieur, une coursive le long des murs donne accès d'un côté, à des alcôves issues d'anciennes cuves et à une grande pièce. Au rez-de-chaussée des pans de murs posés en épis organisent l'espace consacré essentiellement aux peintures grands formats et aux sculptures. Une ancienne cuve ouverte et peinte en noir m'attire immédiatement; à l'intérieur la série des ex-votos brésiliens, suspendue dans l'espace est magnifique. A part ça les oeuvres du rez-de chaussée relèvent surtout de l'Art Singulier. Il faut monter au premier pour trouver les masques mexicains et les peintres Naïfs, surtout brésiliens, particulièrement intéressants, ainsi qu'une alcôve consacrée à Jaber et une autre à Stani Nitkowski.
Il y avait foule au vernissage. Beaucoup plus que l'été dernier à Carcassonne pour manifester contre la décision municipale de refuser la donation où tout juste une quinzaine de personnes s'était déplacée. La roue tourne. Cérès Franco ravie et très entourée, trône aujourd'hui à l'entrée du lieu, qui a enfin, bien voulu accueillir sa collection. Des années qu'elle se bat pour ça Cérès et après les dernières déconvenues cavalières on imagine facilement sa satisfaction de voir l'oeuvre de sa vie dans un lieu à sa mesure, même s'il n'y a là qu'une partie de sa collection, environs 500 oeuvres sur les plus de 1500 qu'elle comprend.

Bien sûr l'accrochage est muséal et les tableaux bien espacés sont mis en valeur comme dans tout bon accrochage contemporain. Rien à voir avec l'accrochage foutraque façon "caverne d'Ali Baba"  de ses deux anciennes maisons à Lagrasse. Toutes les pièces alors, étaient remplies du sol au plafond, escalier compris, de tableaux et de sculptures. Cérès  vaillamment montait les étages pour raconter à chaque visiteur l'histoire de chaque oeuvre. La présence et l'accueil de Cérès Franco, l'entassement et le désordre ambiant, donnaient au lieu une magie que l'on ne retrouvera évidemment pas à Montolieu. Mais bon Cérès voulait avant tout pérenniser sa collection, et "Carcassonne Aglo", la commune de Montolieu et un généreux mécène lui en offre la possibilité.

 

 

 

Céres Franco en forme et très entourée pendant le vernissage

DSC_0213 copie.jpg

Quelques vues générales de la Coopérative

DSC_0215 copie.jpg

DSC_0202 copie.jpg

DSC_0205 copie.jpg

DSC_0217 copie.jpg

Les ex-votos brésiliens

DSC_0189 copie.jpg

DSC_0190 copie.jpg

DSC_0194 copie.jpg

DSC_0196 copie.jpg

DSC_0198 copie.jpg

Joanna Flatau

DSC_0204 copie.jpg

Eli Malvina Heil

DSC_0207 copie.jpg

DSC_0208 copie.jpg

Francisco Da Silva

DSC_0209 copie.jpg

l'alcôve Jaber

DSC_0210 copie.jpg

Joël Crespin

DSC_0216 copie.jpg

16/06/2015

Collection Alain Bouillet

   

 Collection Alain Bouillet

 

Alain Bouillet se dit amateur et collecteur d'art brut et refuse catégoriquement le terme de collectionneur, qui relève selon lui essentiellement d'une activité accumulatrice et pathologique.

"Je travaille donc à explorer la question de savoir en quoi nous sommes concernés par ces productions qui ne nous sont pas destinées. De quoi nous parlent-elles ? et que peut-on y trouver qu'a priori on n'y cherche pas?". Dit Alain Bouillet dans un article sur "Art dans l'air"

Le sous-titre de l'exposition : "Les rencontres d'un amateur d'Art Brut" résume à lui seul la démarche d'Alain Bouillet depuis plus de 30 ans. S'il aime par dessus tout ces "ouvrages" obscurs et obsessionnels réalisés le plus souvent dans l'enfermement et la solitude, c'est qu'ils lui permettent de comprendre quelque chose de l'intention de leurs auteurs. C'est la rencontre, l'échange, la découverte d'un nouveau parcours de vie qui l'intéresse. "C'est le parcours de vie autant que l'ouvrage qui permet d'authentifier le véritable Art Brut" dit-il. Une visite guidée de sa collection par Alain Bouillet est un pur bonheur d'intelligence et d'humanité. Intarissable d'anecdotes sur chacune de ses rencontres, il ne se contente pas de collectionner (pardon de collecter) des oeuvres (pardon des ouvrages) il collecte aussi des histoires de vie et des pans entiers de "l'humaine condition".  Son discours très didactique sur l'Art Brut se référant sans cesse à Dubuffet et au Musée de Lausanne seul garant, selon lui, d'authenticité en la matière est aussi clair que limpide.  Cerise sur le tableau, sa modestie et son éthique que ce soit par rapport aux créateurs ou à leurs oeuvres, dont il se considère dépositaire et non pas propriétaire, le situe à contre courant de l'engouement spéculatif actuel autour de cet art de l'obscurité, qui pourrait disparaitre, victime de surexposition.

L'exposition présente plus de 150 ouvrages (dessins, peintures, collages, sculptures, broderies, et objets divers) issus de 80 auteur(e)s. Ce n'est qu'une petite partie de sa collection riche de plus de 1500 oeuvres.  Il y a bien sur quelques créateurs historiques ou reconnus comme Robillard, Baya, Lobabnov, Raphaël Lonné, Néjar, Guy Brunet ou Pépé Vignes mais aussi beaucoup d'inconnus (en tout cas par moi) des anonymes aussi, glanés le plus souvent sur des marchés aux puces.

Une exposition à voir tout l'été.

J-L B

 

 

 

 

 

 

IMG_0013 copie.jpg

IMG_0014 copie.jpg

Vernissage de l'exposition

"De l'humaine condition"

"Les rencontres d'un amateur d'Art Brut"

 

DSC_0058 copie.jpg

Alain Bouillet discourant sous le regard de Sarah Lombardi et de Claude Massé en arrière plan

DSC_0044 copie.jpg

Vernissage

 

DSC_0032 copie.jpg

Anonyme dit "de Monastiriaki"

 

DSC_0033 copie.jpg

Antonio De Pedro bois sculpté

 

DSC_0035 copie.jpg

Poupée de Caroline Dahyot

DSC_0042 copie.jpg

Godi Jules gouache sur isorel 40,2x58cm

DSC_0046 copie.jpg

Roman Rutkowski

DSC_0049 copie.jpg

Dans la cage d'escalier, une affiche de cinéma signée Guy Brunet.....

DSC_0048 copie.jpg

....et au plafond un fusil de Robillard

 

DSC_0031 copie.jpg

Saminen llmari Imppu (détail)

DSC_0050 copie.jpg

Martha Grünenwaldt

DSC_0051 copie.jpg

Quelques créateurs polonais

DSC_0055 copie.jpg

Badari Fausto

DSC_00351 copie.jpg

Anonyme dit "Dodor"

DSC_00441 copie.jpg

Yvonne  Robert

DSC_00461 copie.jpg

Un mur de Pépé Vignes

DSC_0053 copie.jpg

DSC_0054 copie.jpg

DSC_00481 copie.jpg