Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2016

Yanis Dubuisson-Hery

 

 

Yanis Dubuisson-Hery 8 ans

 

DSC_0001_modifié-1.jpg

 

 

IMG_20160316_0001 copie.jpg

IMG_20160316_0002 copie.jpg

IMG_20160316_0003 copie.jpg

IMG_20160316_0004 copie.jpg

IMG_20160316_0005 copie.jpg

Sans titre-1.jpg

16/09/2016

Ciska Lallier

 

 

 

Ciska Lallier

 

Ciska Lallier 36727450.jpg

Ciska Lallier est née le 7 mai 1949 à Grenoble. Elle suit des études de Lettres et d'Histoire de l'Art. Pendant un an, elle voyage aux Etats-Unis où elle pratique la photographie. Elle commence à peindre en 1971, dans une facture naïve, des baigneuses dans des décors fleuris et agrestes qui se développait à l'infini. Elle participe à l'exposition "Les Singuliers de l'Art" à Paris en 1978.

Peu à peu, son travail évolue vers des modes d'expressions variés : objets en papier mâché, tissages proches de l'artisanat indien, sculptures... pour trouver son aboutissement dans la peinture où elle développe une iconographie menaçante ayant pour thèmes la mort, les rapports de l'homme et de l'animal, la possession sexuelle ou maléfique. Dans ses oeuvres "animalières", défile toute une mythologie symbolique commune a de très nombreuses civilisations : chats, lézards, aigles, licornes, jaguars, serpents, taureaux, etc....Fascinés par la culture précolombienne, elle effectue un voyage au Mexique pour retrouver, dit-elle, ses lointains ancêtres "spirituels". L'univers sombre de Ciska est composé d'un bestiaire agressif qui peu à peu fera place à la figure du Taureau, incarnation de la force et de la vitalité.

A la fin douloureuse de sa vie, Ciska Lallier vend des bijoux sur les marchés. Elle meurt le 6 janvier 1991.

 

Musée de la Création Franche

 

20150307070853-57b4304b.jpg

20150307070921-c1e5cefb.jpg

20150307070943-43987771.jpg

20150307071003-a62cf0dc.jpg

20150307071025-a57bced2.jpg

20150307071159-c85febbe.jpg

20150307071218-b24d2d1e.jpg

20150307071255-183c26cc.jpg

20150307071025-a57bced2.jpg

DSC_0001 copie.jpg

DSC_0002 copie.jpg

DSC_0003 copie.jpg

DSC_0005 copie.jpg

DSC_0006 copie.jpg

DSC_0008 copie.jpg

DSC_0044 copie.jpg

DSC_0011 copie.jpg

DSC_0012 copie.jpg

DSC_0022 copie.jpg

 

01/08/2016

Carré Line

 

 Carré Line

 

Née en 1974, Caroline Aïni peint très tôt avec une force et une énergie hors du commun. Jean-Claude Volot qui découvre ses peintures alors qu'elle n'a que 17 ans, parle "d'un travail puissant, révolté, en harmonie avec l'époque et d'une rare qualité pour une artiste de cet âge". Sa trajectoire créatrice sera fauchée en plein vol quand elle découvre à l'âge de 25 ans qu' elle est porteuse de la même maladie génétique que sa mère, la Chorée d'Huntington. Consciente des conséquences inéluctables du verdict et sachant son temps compté, elle produira dans l'urgence, en quelques années près de 2000 oeuvres sur toile, sur bois, sur papier ou sur carton peint parfois  des deux côtés. Son style expressionniste sans concession, parfois violent, sa création fulgurante et la brièveté de son temps, ne sont pas sans évoquer une autre étoile filante de l'art contemporain nommée Basquiat.

Carré Line (son nom d'artiste), dans l'impossibilité physique de créer depuis plusieurs années, vit désormais dans un établissement médicalisé dans l'Aude, pas très loin de son père, l'artiste connu et reconnu dans le domaine de l'Art Singulier, Philippe Aïni. Ce dernier vient d'ouvrir à Serviès en Val, dans une ancienne cave coopérative, un centre d'art, la "Coop.Art-La Marge II" où il présente à côté de ses multiples créations, celles de sa fille et une partie de son importante collection personnelle d'Art Singulier.

Bien que très peu diffusées, jusqu'à présent, les peintures de Carré Line sont présentes dans de nombreuses collections privées, ainsi que dans la collection de l'Art Cru à Bordeaux et dans celle de Jean-Claude Volot à l'Abbaye d' Auberive. Ce dernier devrait bientôt prendre en charge l'inventaire de ses oeuvres (des centaines de pièces stockées dans les réserves du Musée de son père et que personne n'a jamais vu pour la plupart) ainsi que leur promotion avec entre autre la prochaine sortie d'un livre qui lui sera entièrement consacré.

Nul doute que l'oeuvre de Carré Line aura bientôt la diffusion et la reconnaissance qu'elle mérite.

 

 

 

 

DSC_0001 copie.jpg

DSC_0002 copie.jpg

DSC_0004 copie.jpg

DSC_0003 copie.jpg

DSC_0005 copie.jpg

DSC_0006 copie.jpg

DSC_0007 copie.jpg

DSC_0009 copie.jpg

DSC_0010 copie.jpg

DSC_0012 copie.jpg

DSC_0013 copie.jpg

DSC_0014 copie.jpg

DSC_0015 copie.jpg

DSC_0016 copie.jpg

 

2 grands portraits non datés, environ 180cmx140cm

DSC_0017 copie.jpg

DSC_0027 copie.jpg

DSC_0018 copie.jpg

DSC_0019 copie.jpg

DSC_0020 copie.jpg

DSC_0021 copie.jpg

 

Série de cartons peints - environ 130x140cm - daté 1996

DSC_0028 copie.jpg

DSC_0029 copie.jpg

DSC_0030 copie.jpg

DSC_0031 copie.jpg

DSC_0032 copie.jpg

 

Panneau de bois peint recto, verso - environ 130x140cm - non daté

DSC_0033 copie.jpg

DSC_0034 copie.jpg