Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2019

Les créateurs de l'insolite

 

Catalogue de l'exposition les créateurs de l'insolite 

à Carcassonne du 4 au 28 juin 1986

 

 

Numériser 9_modifiémail-1.jpg

Numériser 9_modifié-1.jpg

Numériser 10_modifié-1.jpg

Numériser 10_modifiémail-1.jpg

Numériser 11_modifiémail-1.jpg

Numérisermail 12.jpg

Numériser mail13.jpg

Numériser mail14.jpg

Numérisermail 15.jpg

Numérisermail16.jpg

Numériser 17.jpg

Numérisermail 18.jpg

Numériser mail19.jpg

Numériser mail20.jpg

Numériser 21_modifié-mail1.jpg

 

Numérisemailr 22.jpg

Numériser mail23.jpg

 

 

Parmi les créateurs présents dans cette exposition :

Hélène Arnal est toujours très active dans le domaine de la création.

Antoine Bosque et Robert Bousquet étaient exposés en permanence au musée de l'imaginaire sans frontière que Raymond Dreux avait créé à Laurac-le-grand, près de Castelnaudary.

Raymond Dreux, qui fut un temps le compagnon de Ciska Lallier, a créé à Laurac-le-Grand dans l'Aude, le musée de "L'imaginaire sans frontière", où il a exposé de nombreux créateurs autodidactes de la région et a constitué une véritable collection qui est conservée par un particulier.

Pierre François, décédé en 2007 est très présent sur internet.

Il en est de même pour René-François Grégogna , décédé en 2011.

Ciska Lallier est décédée en 1991. Pas mal de ses oeuvres sont conservées dans la collection Raymond Dreux. Elle a participé, ainsi que François Ozenda, à l'exposition "Les singuliers de l'art" au Musée d'Art Moderne à Paris en 1978.

Gérard Lattier, avec son univers onirique est toujours très présent dans le milieu de l'art.

Marcelo Modrego, décédé en 1999 est connu dans le milieu de l'art singulier. Certaines de ses oeuvres sont conservées au Musée de la création franche.

François Ozenda décédé en 1976 est resté célèbre, en partie, grâce à Jean-Claude Caire l'initiateur du "Bulletin des amis de François Ozenda" qui pendant 35 ans, jusqu'en 2003, a fait connaitre de nombreux créateurs d'art brut ou singulier.

Joseph Vignes dit "Pépé", découvert par Claude Massé est présent dans toutes les bonnes collections d'art brut.

Merci à Sylvie Berman, artiste carcassonnaise  qui a participé à l'organisation de cette exposition et qui m'a gentillement offert ce petit catalogue.

 

 

05/03/2019

Le Musée du jouet à Figueras

 

 

Le Musée du jouet à Figueras

 

 

Petite visite au Musée du jouet à Figueras (Gérone).

Situé dans l'ancien manoir du Baron de Terrades (1767), il est considéré (d'après la brochure officielle) comme le troisième musée de jouets le plus important au monde. Sur ses trois étages, on y exhibe 7.000 jeux et jouets issus d'un fonds de 20.000.

Il ouvre en 1982 grâce au collectionneur Josep Maria Joan I Rosa qui dans les années 1960 à rassemblé toutes sortes de jeux et jouets.

Au rez-de-chaussée on peut voir quelques jouets (petites poupées articulées entre autre) et des jeux anciens datant de la Rome et Grèce Antique.

Aux premiers étages des collections impressionnantes de voitures anciennes, de poupées, et de jeux de toutes sortes jouent à fond la carte de la nostalgie. Difficile de ne pas avoir le sentiment qu'en un siècle on a beaucoup perdu dans les domaines de l'esthétique et de la poésie.

Le dernier étage (le plus intéressant pour moi) est consacré aux arts populaires d'Espagne avec les Siurells de Majorque et du monde entier, avec des poupées incas et toutes sortes de jouets et objets originaire du Mexique et d'ailleurs.

On peut y voir également quelques unes des étranges poupées érotiques de Madame Zka.

 

 Les poupées de Madame Zka

En 1962, Guy Selz publie dans "La Brèche", la revue dirigé par André Breton, un article sur Madame Zka et ses poupées en tissu, que Selz avait obtenues par l'intermédiaire de Jean Dubuffet.

Madame Zka vivait depuis 15 ans recluse dans son propre monde, dans la petite chambre blanche de l'hôpital psychiatrique ou elle passait son temps à coudre. Les détails et la perfection des poupées, ainsi que leur allusion sexuelle, le fascinèrent. Dans l'article Selz écrit, qu'il trouvait étrange et étonnant le résultat obtenu à partir de bouts de vêtements cousus par un "folle" et quelques souvenirs travaillés minutieusement.                                                                            Musée du jouet

 

Voir l'article de Guy Selz concernant Madame Zka sur internet :   La Breche n°2 Melusine

 

DSC_0318_modifiémail-1.jpg

DSC_0319_modifiémail-1.jpg

56eadb445dd07_els-ninos-erotics-de-mme-zka.jpeg

 

 

Le Musée 

DSC_0272_modifiémail-1.jpg

DSC_0273_modifiémail-1.jpg

DSC_0275_modifiémail-1.jpg

DSC_0276_modifiémail-1.jpg

DSC_0279_modifiémail-1.jpg

 

DSC_0280_modifiémail-1.jpg

DSC_0283_modifiémail-1.jpg

DSC_0285.jpg

DSC_0287_modifiémail-1.jpg

DSC_0289.jpg

DSC_0290.jpg

DSC_0291_modifiémail-1.jpg

DSC_0292_modifiémail-1.jpg

DSC_0295_modifiémail-1.jpg

DSC_0296.jpg

DSC_0297_modifiémail-1.jpg

DSC_0298_modifiémail-1.jpg

DSC_0299_modifiémail-1.jpg

DSC_0300_modifiémail-1.jpg

DSC_0307.jpg

DSC_0308.jpg

DSC_0314.jpg

DSC_0310_modifiémail-1.jpg

DSC_0311_modifiémail-1.jpg

DSC_0312_modifiémail-1.jpg

DSC_0315.jpg

DSC_0316_modifiémail-1.jpg

DSC_0317_modifiémail-1.jpg

 

DSC_0327_modifiémail-1.jpg

DSC_0328_modifiémail-1.jpg

DSC_0320.jpg

 

 

 

 

                                                                        

 

 

10/02/2019

Le village "Arc-en-ciel" à Taiwan

Le villa "Arc-en-ciel" à Taïwan

 

Huang Yung-Fu, à 93 ans vit dans un petit village, ou plutôt un regroupement de maisons, dans la banlieue de Taichung, destiné aux vétérans de l'armée et à leur famille.

Huang Yung-Fu est originaire de Hong Kong. En 1946, il combat les troupes communistes en Chine continentale et après la défaite, en 1949, il est logé, comme les autres soldats dans des centaines de villages, créés pour eux et sensés être provisoire.

La plupart des villages ont aujourd'hui disparu et Huang Yung-Fu, désespéré de voir le sien se vider et menacer de disparaître sous la menace des promoteurs, s'est mis, pour s'occuper, à 88 ans à peindre sa maison. Il a continué avec celle d'à côté, et petit à petit, les a toutes peintes. Il également peint la rue et tout ce qu'il était possible de peindre. 

"Mon père m'avait appris la peinture à l'âge de 5 ans, mais depuis je n'en avais plus refait. La première chose que j'ai peinte, c'est un oiseau, c'était facile."

Des étudiants chinois, admiratifs de ce travail, ont fait une pétition et le village a été sauvé.

Il est devenu une importante attraction touristique.

Il faut lire  concernant ce créateur le livre de Rémy Ricordeau "Visionnaires de Taïwan" dans la collection "La petite brute" dirigée par Bruno Montpied aux éditions "L'insomniaque" paru en septembre 2015, où un long chapitre lui est consacré.

A lire également une note daté du 27 août 2013 sur Rémy Ricordeau concernant Huang Yong Fu, sur le blog de Bruno Montpied : "Le Poignard Subtil".

 

 

 

 

huang-yung-fu-afp-650_650x400_51440654117.jpg

44020759-taichung-taiwan-15-mars-2015-village-arc-en-ciel-les-graffitis-colorés-peints-sur-le-mur-à-taichung-c-39.jpg

44020765-taichung-taiwan-15-mars-2015-village-arc-en-ciel-les-graffitis-colorés-peints-sur-le-mur-à-taichung-c-39.jpg

Taichung-est-un-Village-Arc-en-Ciel-de-Taiwan-05.jpg

taichung-taïwan-avril-village-d-arc-en-ciel-le-graff-coloré-56896446.jpg

village-02.jpg

village-06.jpg

village-d-arc-en-ciel-à-taichung-58319113.jpg